uWeed

Fini les chocolats: le cannabis légal suisse prend le relais

Loic Aubonney
Juil 20, 2020

Vous pensiez que les chocolats étaient ce que la Suisse a de meilleur ? Attendez d’avoir essayé le cannabis légal suisse !

En 2011, la Suisse a modifié sa législation concernant la consommation de cannabis. Elle a permis aux adultes d’utiliser et d’acheter des fleurs de CBD contenant jusqu’à 1% de THC. Le secteur a alors commencé à se développer lentement. Récemment, on constate cependant une accélération du secteur qui enthousiasme beaucoup de passionnés et de partisans de la légalisation.

Mais légalisation ne veut pas dire que les fumeurs de haschich vont soudainement envahir les quartiers suisses. Les produits à haute teneur en THC sont toujours interdits. Le faible taux de THC autorisé limite la puissance psychoactive du produit à un point tel que l’on ne peut comparer ses effets qu’à ceux apportés par quelques verres de vin. Par ailleurs, les partisans de la légalisation ont également mis au point quelques nouvelles méthodes de consommation du cannabis légal suisse. Ces nouvelles méthodes ne nécessitent pas de le fumer. Certains utilisateurs se servent de l’huile CBD comme huile de massage. Ils utilisent le CBD en application cutanée et l’appliquent sur les zones douloureuses. D’autres le consomment en tisane. Certains le consomment même en l’incorporant à des gâteaux.

Les affaires reprennent pour le cannabis légal suisse

La consommation de cannabidiol, plus connu sous le nom de CBD, connaît une ascension fulgurante dans le poids-lourd économique européen qu’est la Suisse. On est loin des modestes débuts de l’industrie lorsque seule l’utilisation récréative à faible puissance était autorisée. En 2016, il n’y avait pratiquement aucun détaillant autorisé. En 2017, leur nombre est passé à 140 fournisseurs légaux.

Et ce nombre devrait encore augmenter cette année. En effet, la perception du produit à base de cannabis est sans cesse meilleure dans les pays européens voisins. C’est par exemple le cas de la France et du Royaume-Uni. Aux Pays-Bas, les autorités permettent la vente de petites quantités de CBD dans des espaces publics tels que des cafés. L’Allemagne, de son côté, a fait de l’usage médical un moyen d’acquérir du CBD.

Pour toutes ces raisons, le CBD contribue à stimuler les affaires en Suisse. Les entreprises qui ont démarré tôt ont signalé un quadruplement du nombre de leurs employés. L’industrie du cannabis légal suisse est devenue un pôle d’attraction pour les investisseurs. Même les aristocrates n’ont pu échapper à son attrait. Corso Serra di Cassano, de sang noble italien, et l’aristocrate grec Boris Blatnik, se sont associés pour fonder une startup, qui sera le grossiste fournissant les points de vente physiques.

Les investissements précoces réalisés par les agriculteurs suisses dans la culture du CBD portent leurs fruits. À Berne, capitale de la Suisse, les politiciens commencent à discuter de la possibilité de légaliser totalement l’exportation du produit à des fins médicales. Pour le moment, si les consommateurs souhaitent acheter du CBD, ils doivent faire le voyage en Suisse. Cette discussion est cependant un bon présage pour l’industrie.

Pourquoi le CBD est-il si important ?

La légalisation en 2011 reposait sur les nombreux bienfaits du CBD dans le domaine médical. Les patients souffrant de maladies mentales telles que la schizophrénie, l’anxiété et la dépression, utilisent le cannabis légal suisse à base de CBD pour s’apaiser. L’absence d’effets secondaires dangereux et durables joue également en faveur de sa légalisation.

Vertus thérapeutiques du Cannabidiol

Des études ont montré qu’il pouvait potentiellement réduire l’anxiété et la dépression de façon très efficace chez ses utilisateurs. Les options médicamenteuses ont tendance à avoir des effets secondaires néfastes tels que des troubles du sommeil, une diminution des performances sexuelles et des maux de tête. Le CBD sous forme d’huile a révélé son potentiel de traitement en toute sécurité des symptômes de ces maladies mentales répandues. Certaines études suggèrent également l’utilisation du CBD chez les patients atteints de schizophrénie.

D’autres études, qui n’en sont cependant qu’à leurs débuts, suggèrent également que le CBD a d’autres applications potentielles en dehors des problèmes de santé mentale. Certaines d’entre elles suggèrent que les médecins pourraient chercher à utiliser le CBD contre le cancer.

Contretemps possibles dans la croissance du cannabis légal suisse

Ce stade précoce de la culture du CBD doit attirer dès maintenant l’attention des décideurs politiques avant qu’elle ne devienne incontrôlable. En effet, elle présente également des menaces pour le public si elle n’est pas correctement réglementée. Par exemple, citons l’utilisation de pesticides, qui pourrait entraîner des problèmes pour le consommateur, comme c’est déjà le cas avec toute autre culture agricole.

À quoi ressemblent ses utilisateurs ?

L’une des raisons pour lesquelles les régulateurs doivent absolument se donner la peine de comprendre le CBD est la diversité de ses utilisateurs. Du stéréotype du jeune utilisateur récréatif aux clients moins conventionnels de plus de 88 ans, la diversité de la base de consommateurs de CBD va rendre extrêmement difficile la gestion des problèmes résultant de dommages éventuels.
Le revenu des propriétaires d’entreprises légales est l’un des signes les plus révélateurs de l’importance de la demande de CBD. Green Passion, une startup de vente au détail, rapporte encaisser jusqu’à 100 000 francs de façon régulière.

Il n’y aura pas de retour en arrière

L’industrie du CBD est bien trop rentable pour que la Suisse s’arrête en si bon chemin. Le pays possède déjà l’infrastructure nécessaire pour devenir le leader du secteur en Europe. À présent, seule la politique barre la voie. Dans le climat actuel, il semble qu’elle soit la seule capable de permettre à cette drogue tant débattue d’arriver sur le devant de la scène en Europe.

Partager: 

Laisser nous un commentaire sur cet article