uWeed

Les consommateurs de CBD Suisse | Etude 2021 | uWeed & CI Chanvre

Loic Aubonney
Août 31, 2021

CBD En Suisse : Étude sur les consommateurs, en partenariat avec la CI Chanvre

Depuis quelques années, le CBD gagne en popularité sur le continent européen et à travers le monde. Méconnu du grand public il y a encore peu de temps, le CBD, ou cannabidiol, est de plus en plus apprécié des consommateurs, qui sont nombreux à lui trouver des vertus en matière de détente physique et de réduction du stress. D’autant plus que les produits à base de cette molécule de la plante Cannabis Sativa sont autorisés dans la plupart des pays européens, tant que leur concentration en THC reste en dessous d’un certain seuil (1% en Suisse).

En conséquence, le nombre d’amateurs de CBD ne cesse d’augmenter. uWeed, l’une des plus importantes plateformes de vente de CBD en ligne de Suisse, a souhaité partir à la découverte de ces consommateurs. En collaboration avec la Communauté d’intérêt Chanvre (CI Chanvre), nous avons donc interrogé 1170 consommateurs de CBD en Suisse afin de savoir qui sont les personnes qui consomment du CBD, quels sont les produits qu’elles apprécient le plus, et quels sont leurs objectifs. Quelques mois plus tard, voici ce que nous avons appris !

Les consommateurs recherchent la détente avant tout

Le stress, ce mal du XXIème siècle… Les professionnels de la santé sont désormais nombreux à donner l’alerte au sujet du stress et son impact sur notre santé et notre niveau de bien-être général. C’est donc sans surprise que nous avons découvert que plus de la moitié des répondants à notre enquête consomment du CBD à des fins de relaxation (50%), voire pour améliorer leur sommeil (46%). Des études se penchent actuellement sur les potentiels effets bénéfiques du CBD pour la douleur chronique, voire les symptômes de maladies parfois graves. Parmi nos répondants, 26% cherchent à atténuer des douleurs, 14% des troubles psychologiques (notamment l’anxiété et la dépression) et 12% à réduire les symptômes de maladies chroniques (Crohn, arthrose…). 

1_fr

Rappelons toutefois qu’à l’heure actuelle, nous ne disposons pas de données scientifiques à grande échelle permettant d’estimer l’efficacité du cannabidiol pour la santé. La bonne nouvelle, c’est que la plupart (57%) de nos répondants déclarent que le CBD a eu des “effets forts”, voire “très forts”.

Les amateurs de CBD ont un niveau d’études élevé

Un certain profil se dégage de notre enquête : le consommateur moyen de CBD aurait un niveau d’études plutôt élevé. En effet, près de la moitié des sondés suisses (41%) détiennent un diplôme universitaire ou d’une haute école (Bachelor, Master ou doctorat). Il s’agit d’un pourcentage bien au-dessus de la moyenne nationale de 31%. Cependant, ce n’est pas pour cela que les consommateurs de CBD roulent sur l’or : près de 40% auraient des revenus en dessous de 50 000 CHF par an. Une proportion relativement faible (16%) touche un salaire dit “élevé”, autrement dit plus de 100 000 CHF par an.

Taux de diplomes des hautes ecoles

Ceci s’explique peut-être par l’âge relativement jeune des participants à  notre enquête. 56% des sondés ont entre 18 et 40 ans, tandis que 22% ont plus de 50 ans. Par la même occasion, un peu plus de la moitié est actuellement en couple, et environ un tiers a fondé une famille. 

La consommation de CBD est plutôt genrée

Non seulement les hommes sont plus nombreux à utiliser du CBD que les femmes, mais leurs manières d’en consommer diffèrent.  En effet, deux tiers des répondants à notre sondage étaient de sexe masculin. De plus, plus d’un tiers des hommes consomme du CBD depuis plus de deux ans, contre seulement une femme sur cinq : les hommes seraient décidément les “early adopters” du marché du cannabidiol avec les séniors, dont presque un quart consomme du CBD depuis plus de trois ans. En revanche, près de la moitié des femmes consomme du CBD depuis moins de six mois. Les femmes seraient-elles l’avenir du CBD ? 

Par la même occasion, les femmes déclarent connaître moins bien le CBD que les hommes. Elles estiment leur degré de connaissance de la molécule à 3.3 sur 5, contre 3.5 pour les hommes. Enfin, ces derniers ont tendance à privilégier les fleurs de CBD alors que les femmes, elles, optent davantage pour les huiles. 

Les consommateurs achètent et s’informent en ligne

Nous avons également trouvé des différences homme/femme en qui concerne la manière de s’informer au sujet du CBD. En effet, les femmes seraient plus enclines à demander des informations à leur réseau familial, amical ou professionnel. Les hommes, quant à eux, se renseignent davantage par le biais des journaux en ligne et des réseaux sociaux. 

De manière générale, les consommateurs de CBD cherchent des informations autour de l’impact potentiel du CBD sur des problèmes de santé physiologiques ou psychologiques et des informations générales sur les différents produits qui existent. Leurs sources principales sont les moteurs de recherche, les réseaux personnels, les sites de marques de CBD et les blogs spécialisés. 

En ce qui concerne les habitudes d’acquisition du CBD, la majorité (74%) des consommateurs privilégie l’e-commerce, et ce n’est pas particulièrement étonnant – depuis le début de la crise sanitaire, les ventes au détail en ligne ont sensiblement augmentées. Parmi ces derniers, 58% optent pour des plateformes multi-marques telles que la nôtre, 35% pour l’achat directement auprès d’une marque et 6% pour les places de marché de type Amazon ou Galaxus.  

2_fr

Les habitudes de consommation varient en fonction du produit

Sachez que deux produits constituent à eux seuls la majorité des ventes de CBD en Suisse : en effet, près de 60% des répondants à notre enquête avaient consommé des fleurs, et près de 50% de l’huile de CBD au cours des 30 jours précédents. Rappelons que l’huile de CBD permet d’avoir un effet diffus qui dure tout au long de la journée, tandis que la fleur, le plus souvent fumée ou vapotée, à un impact plus fort et plus immédiat. 

4_fr

Comme nous l’avons vu ci-dessus, la consommation de ces deux produits n’est pas la meme en fonction du sexe du répondant. Mais il existe aussi des différences au niveau de l’acquisition. En effet, les personnes qui privilégient la fleur ont tendance à chercher à tester plusieurs produits différents, alors que les consommateurs d’huile de CBD sont plutôt fidèles  à une marque lorsqu’ils trouvent celle qui leur convient.  Par la même occasion, ces derniers tendent à se fournir en ligne plutôt que dans un magasin avec pignon sur rue, contrairement aux amateurs de fleurs. Ceci s’explique peut-être par le fait qu’il est plus facile de trouver de la fleur dans les magasins physiques, y compris les kiosques et stations service, que de l’huile. 

Enfin, le CBD est pour certains propice à des moments de convivialité : 40% des sondés suisses consomment de la fleur séchée en compagnie d’autres personnes, contre 15% des consommateurs d’huile. 

Certains préfèrent désormais le CBD au THC

Nous avons souhaité savoir quel était le rapport des consommateurs de CBD aux substances illicites ou considérées comme étant des “drogues”. Rappelons que les produits à base de CBD ne sont pas considérés comme des “stupéfiants” tant que leur teneur en THC reste en dessous d’un seuil défini par les différentes législations européennes. Il s’avère qu’en Suisse, plus de la moitié des amateurs de CBD ne consomme pas de substances addictives ou illicites. Parmi les autres, la majorité (74%) consomme du tabac, près de la moitié du cannabis illégal et seulement un sur 10 d’autres drogues.

Nous avons souhaité savoir ce que feraient les amateurs de THC si ce dernier venait à être légalisé d’un coup de baguette magique : est-ce qu’ils continueraient à consommer du CBD malgré tout ? Il s’avère que pour plus de la moitié, la réponse était oui : le CBD viendrait donc remplacer le THC au lieu de le complémenter. 

Vous souhaitez en savoir plus sur les consommateurs de CBD, leurs habitudes et leurs besoins ? 

Partager: 

Laisser nous un commentaire sur cet article